logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

05/10/2010

Parc Monceau + pour Robert + pour Christian

pour la musique, toujours un clic sur le haut-parleur

 

Pas de longs discours

C’est un vieux pps que j’ai transformé dans kizoa.

Plaira ! Plaira pas !

Sans importance, je me suis bien amusée à la mise en page.

*

 

Robert de "cheval pour tous"

m'a demandé si j'avais la "Sérénade" de Schubert

Je ne l'ai qu'en version chantée

comme créée à l'origine.

*
podcast
par Dietrich Fischer-Dieskau
Alfred Brendel au piano

 

 

*
Sérénade

Franz Schubert
(1797-1828)

La  " Sérénade " a été écrite en 1826 . L’air est si familier qu'il ne nécessite aucune analyse. C'est tout simplement une belle mélodie de la première à la dernière note. Ecrit sur l' inspiration du moment , et pourtant caractérisé par la perfection absolue de finition et une grâce et une beauté dont on ne se lasse pas . Elle a été composée à l'origine pour  un alto solo et chœur d'hommes et a ensuite été remaniée pour voix de femmes seulement. Sa composition telle que racontée par le biographe de Schubert , Von Hellborn , sont d'un intérêt plus que normal . Von Hellborn dit :

« Un dimanche , au cours de l'été 1826, Schubert avec plusieurs amis revenait de Pötzleinsdorf à la ville , en se promenant  il vit son ami Tieze assis à une table dans le jardin de la « Zum Biersack . Schubert et ses amis s’imposèrent  une halte dans leur voyage . Tieze avait un livre ouvert devant lui  et Schubert ne tarda pas à retourner les feuilles.  Soudain il s'arrêta et, pointant le doigt vers un poème, s'écria: «  une mélodie délicieuse vient dans ma tête, si j’avais une feuille de papier à musique avec moi... " M. Doppler tira quelques lignes de musique sur le dos d'une lettre de prix, et au milieu du vacarme du dimanche, avec des violoneux, des joueurs de quilles, et des serveurs qui couraient dans toutes les directions, Schubert a écrit cette belle chanson » .

 

*

Christian aurait préféré cette  truite,

jeune et gentille,

saisie par les Frères Jacques


podcast

 

Le tempo devrait mieux convenir

à notre Framboisine

 

*

01/10/2010

et peut-être... qui sait ?

 

 

J’aime la chanson et la voix du chanteur

 

hebergeur d'image 

 

hebergeur d'image 

jeu2.jpg

 

Le jeu

Dans des fauteuils fanés des courtisanes vieilles,
Pâles, le sourcil peint, l'oeil câlin et fatal,
Minaudant, et faisant de leurs maigres oreilles
Tomber un cliquetis de pierre et de métal ;

Autour des verts tapis des visages sans lèvre,
Des lèvres sans couleur, des mâchoires sans dent,
Et des doigts convulsés d'une infernale fièvre,
Fouillant la poche vide ou le sein palpitant ;

Sous de sales plafonds un rang de pâles lustres
Et d'énormes quinquets projetant leurs lueurs
Sur des fronts ténébreux de poètes illustres
Qui viennent gaspiller leurs sanglantes sueurs ;

Voilà le noir tableau qu'en un rêve nocturne
Je vis se dérouler sous mon oeil clairvoyant.
Moi-même, dans un coin de l'antre taciturne,
Je me vis accoudé, froid, muet, enviant,

Enviant de ces gens la passion tenace,
De ces vieilles putains la funèbre gaieté,
Et tous gaillardement trafiquant à ma face,
L'un de son vieil honneur, l'autre de sa beauté !

Et mon coeur s'effraya d'envier maint pauvre homme
Courant avec ferveur à l'abîme béant,
Et qui, soûl de son sang, préférerait en somme
La douleur à la mort et l'enfer au néant !

Charles Beaudelaire

hebergeur d'image

25/08/2010

pluie de fleurs

lusblanc.jpg

Un lys, reconnu pour un prince,
Arrive dans une province ;
Mais, comme un prince de son sang,
Il est beau sur toute autre chose ;
Et vient, vêtu de satin blanc,
Pour faire l'amour à la rose.

Extrait de "Sujet de la comédie des fleurs"

De F.T. L’Hermite (1601-1655)

 

roseopie.jpg

*

 delphinium.jpg

Le delphinium ou pied d’alouette.

*

lys orange copie.jpg

 

Le lys d'un jour.

Fleur éphémère mais si lumineuse.

*

oeillet.jpg

Œillet discret et très parfumé.

*

 Belles fleurs, dont je voy ces jardins embellis,
Chastes Nymphes, l'Amour et le soin de l'Aurore,
Innocentes beautez que le Soleil adore,
Dont l'éclat rend la Terre et les Cieux embellis.

Allez rendre l'hommage au beau teint de Philis,
Nommez-la vostre Reine, et confessez encore,
Qu'elle est plus éclattante et plus belle que Flore,
Lors qu'elle a plus d'oeillets, de roses, et de lis.

Quittez donc sans regret ces lieux et vos racines,
Pour voir une beauté, dont les graces divines,
Blessent les coeurs des Dieux d'inévitables coups ;

Et ne vous faschez point si vous mourez pour elle,
Aussi-bien la cruelle
Fera bientost mourir tout le monde apres vous.

 Belles fleurs, dont je voy ces jardins embellis

Vincent Voiture (1597-1648)

hebergeur d image

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique