logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

08/09/2009

Maintenon

Nous venons de Gallardon et entrons dans Maintenon.

Pour entrer dans la ville, sur l'instant, j'ai cru passer sous une porte
de la ville

6sept09 091.JPG
C'était l'aqueduc
j'en parlerai plus loin
6sept09 096.JPG
on aperçoit la chapelle Saint-Nicolas
6sept09 099.JPG
façade de la chapelle Saint-Nicolas
-:-
Au XIlème siècle existait près du château une chapelle dont le Seigneur du lieu fit don à l'abbaye de Marmoutier. Ainsi fut fondé le prieuré de Notre-Dame de Maintenon. La chapelle tombée en ruines durant la guerre de 100 ans, fût rebâtie par Jean Cottereau, propriétaire de la terre de Maintenon, vers 1520, elle devint L'église paroissiale Nicolas avec une assemblée de 6 chanoines jusqu'en 1792. La façade en grés est de tradition gothique. Le portail est de décor renaissance que l'on retrouve d'ailleurs à l'église de Pierres.
-:-
6sept09 105.JPG
avançons vers le château
6sept09 111.JPG

La construction s'étale du XIIe siècle au XVIIe siècle. Au début du XVIe siècle, Jean Cottereau transforme la forteresse en château de plaisance. Madame de Maintenon ajoute une aile.

  • On accède, au corps de logis principal, flanqué de deux tours rondes, par une avant-cour et un pont, jadis un pont-levis. Avec les ailes sud est et sud ouest, le logis encadre la cour d'honneur qui précède le parterre et le parc.
  • L'aile sud est date du début du XVIe siècle et se termine par une tour ronde.
  • L'aile sud ouest a remplacé, au milieu du XVIe siècle, un mur qui reliait le corps de logis principal au donjon.
  • Le donjon carré en grès fut construit au XIIIe siècle. Au début du XVIe siècle, il est surélevé et couvert d'une touture soutenue par une charpente en châtaignier.
  • La longue aile nord est fut construite à la fin du XVIIe siècle pour abriter une écurie et une orangerie et, à l'étage, des appartements.
  • Louis XIV fait réaliser des travaux pendant la construction de l'aqueduc et notamment le jardin (par Le Nôtre) et le grand canal qui passe sous l'aqueduc
-:-
Je mets un diaporama kizoa sinon
je ne vais pas m'en sortir
-:-
podcast
Haydn "String Quartets Op.33



J'ai pris sur internet les trois photos d'intérieur
et Louis XIV et Mme de Maintenon

 6sept09 123.JPG
Le jardin dessiné par Le Nôtre
au loin, vestiges de l'aqueduc construit par Vauban.

6sept09 131.JPG
  • La perspective et le parterre ont été dessinés par Le Nôtre. Le parterre comprend en son centre le monogramme de Louis XIV, deux "L" entrelacés. Deux allées, baptisées Le Nôtre et Racine, bordent la rivière de l'Eure, transformée en canal.
  • Au fond des jardins subsistent les vestiges de l'aqueduc qui devait alimenter les fontaines du parc du château de Versailles. Le projet consiste à détourner les eaux de l'Eure soit un ouvrage de 80 km. Une partie devait être constituée de levée de terre. Mais pour les parties d'une hauteur supérieure à 60 pieds, il est décidé de réaliser des aqueducs. Vauban est chargé de mener les études et les travaux. En 1685, il commence les études de l'aqueduc qui devait traverser le parc du château de Maintenon. L'aqueduc devait avoir 47 arcades au premier rang, 195 arcades au second et 390 au troisième. Les guerres de Louis XIV empêchèrent la fin des travaux
6sept09 108.JPG
6sept09 147.JPG
Impossible de mettre toutes les photos
J'espère que malgré tout vous aurez eu un bon aperçu de ce château.
Les sources sont prises sur Wikipedia.
-:-
Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

07/09/2009

Ballade du dimanche

 Hier, il faisait un temps à aller se promener.

Image Hosted by ImageShack.us 

Nous étions partis pour visiter le château de

Maintenon en Eure et Loir

en évitant la nationale 10. Nous sommes passés par

Gallardon

et sur la route, nous avons traversé Esclimont

et sommes passés devant un château dont nous n'avons pu

prendre de photos uniquement de la route.


6sept09 055.JPG
il est caché derrière ces hauts murs
6sept09 057.JPG
en grimpant sur un muret
-:-
Du coup, en revenant, je suis allée le chercher sur internet.
Il s'agit d'un château renaissance avec
jardin à la française
chateau d'Esclimont Renaissance internet.jpg
chateau d'Esclimont jardin à la francaise internet.jpg
chateau d'Esclimont internet.jpg

Château d'Esclimont - Histoire du Château

Un irrésistible château de contes de fées

Dans un calme absolu, imaginez de grands espaces boisés enveloppant un château avec douves, ponts de pierre, tours et façades égayées de niches, balcons ajourés et sculptures : un vrai joyau assoupi depuis le décès en 1968 de son dernier habitant et propriétaire, Edouard de La Rochefoucauld.

René Traversac, fondateur des "Grandes Etapes Françaises" (qui comptent 6 établissements en cette année 1981), a immédiatement "le béguin" pour ce château et son parc classé de 60 hectares à seulement 45 minutes de Paris. C'est l'occasion qu'il attendait depuis tant d'années !
Le 21 juillet 1981, il rachète donc le Château d'Esclimont à la petite fille d'Edouard de La Rochefoucauld, la Comtesse Laure Suzanne Marie Maingard de Mailly et de Nesle d'Orange.

Il a la chance de pouvoir acquérir par la même occasion une partie des tableaux, lustres, bibelots et meubles qui ornaient le château.

-:-

C'est devenu un hôtel de luxe
On peut même y venir en hélicoptère

Chambres_js_max.jpg
Une chambre

clic sur le lien --->restaurant-bar.html

-:-

Ensuite, nous avons poursuivi notre route vers Gallardon

et là, nous avons vu l'église mais aussi

une tour en ruine

6sept09 076.JPG
Entrée, récemment restaurée de l'église de Gallardon
6sept09 085.JPG
6sept09 071.JPG
6sept09 062.JPG
ruelle menant à la tour

-:-

La tour de Gallardon

6sept09 065.JPG

 LA TOUR, plus couramment appelée ÉPAULE DE GALLARDON, dont la construction remonte au milieu du XIIe siècle, est haute de 38,40 m, le diamètre intérieur est de 9 m et le diamètre extérieur de 18 m. L'épaisseur des murs à la base est de 4,50 m.

 

L'épaule de Gallardon servait de logis pour les gardes qui étaient au service du baron. elle était aussi utilisée comme vigie pour surveiller les alentours des fréquents dangers d'invasion.

Auparavant, il semble que les donjons du Xe et XIe siècles étaient rectangulaires et présentaient des angles morts rendant la surveillance malaisée.

Cette tour est construite en pierres meulières, mélangées de silex, noyées dans un mortier de chaux, de sable et de briques pilées formant blocage, très résistant en durcissant.

L'épaisseur du mur varie, avec la hauteur, de 4,50 à 3 m.

Ce donjon complétait le système de défense général du château fortifié et de l'enceinte féodale, avec cinq portes, ses murailles, ses fossés et ses douves.

Il fut détruit en partie au cours du siège de GALLARDON du 23 au 29 juin 1421, sur l'ordre du DAUPHIN, futur CHARLES VII, donnant la ruine actuelle qui curieusement tient toujours debout.

Une plaque fixée sur le monument explique que la tour a été offerte par ses propriétaires en 1913 à la ville de Gallardon.

6sept09 064.JPG
 sous un autre angle
-:-
J'arrête là la visite, il y a assez de photos.
Demain, je mettrai le château de Maintenon.
L'extérieur uniquement car il est interdit de
photographier à l'intérieur.
Je vais voir sur internet ce qui est proposé pour l'intérieur.
-:-
BONNE JOURNEE

07/08/2009

N.D. de la Bourgenay

Je reviens sur Notre-Dame de la Bourgenay

puisque Charline a mis des liens
sur la documentation
Je ne mettrai que l'origine de ce bâtiment bizarre
devant lequel nous sommes passés, par hasard, en cherchent notre route.

-:-

mardi23 123.JPG
Voici, cette structure bizarre
qui a attiré mon regard
-:-
Les origines de BOURGENAY ne nous sont pas connues. Il est probable qu'elles sont fort anciennes, dans une région où les traces de l'habitat humain remontent à la préhistoire (par exemple les dolmens et menhirs dans les communes limitrophes d'Avrillé et du Bernard).
-:-
Un Prieuré Bénédictin  :· Même s'ils font allusion à des événements antérieurs, les premiers documents historiques qui parlent de Bourgenay datent des 12ème et 13ème siècles. Il est question d'un prieuré bénédictin dépendant de la grande Abbaye de Maillezais (Sud-Vendée)
-:-
Sans doute les moines qui vivaient là s'y étaient rassemblés pour rencontrer Dieu ! Pourtant, l'histoire humaine n'a rien gardé de cette vie avec Dieu. Seule la dimension économique apparaît dans les archives : 7 ou 8 documents étalés sur un siècle (1190 à 1291). Il s'agit de cession de terrains, de forêts, de landes ou d'abeilles... Les "donateurs" sont, soit le monastère voisin d'Orbestier, soit les différents familles qui se succèdent comme Seigneurs de Talmont (surtout les de Mauléon, de 1190 à 1253), puis les Vicomtes de Thouars, de 1253 à la Révolution.
-:-
A travers les cartulaires, le nom est orthographié de plusieurs manières : Burgum Genesti, Burgenest (1218), Borgenest (1213), Bourgenest... On trouve sans doute à l'origine le mot "Burg" qui signifie "lieu fortifié". Sans qu'on puisse en dire plus avec certitude, ces dénominations anciennes évacuent de toute évidence les étymologies légendaires et fantaisistes du genre "A Bord je noie".
-:-
 fleurs fond blog.jpg

bourgenay1.jpg

Construction RENAISSANCE comprenant deux ailes entre lesquelles monte une tour polygonale; l'aile se termine elle-même par une tour ronde. Du plateau élevé où elle est assis

-:-

Entre la porte et l'inscription, deux fenêtres superposées, au milieu desquelles un médaillon représente les bustes de Castor et Pollux. Tout près, les armoiries du seigneur Cathus : lion passant sur champ semé d'étoiles. A remarquer aussi les bustes mutilés de Cléopâtre et de Lucrèce. A l'intérieur, belles cheminées avec les médaillons de Pyrame et de Thisbé, sculptures représentant l'Amour poursuivi par des chimères.
Escalier en pierre sur le plafond duquel des médaillons symboliques retracent l'histoire du premier châtelain des Granges. A droite du château, porte du XVe siècle,
recouverte de lierre  (voir photographie plus haut): elle était  la porte cochère du manoir détruit au moment de la construction de l'édifice de 1525.

lesgrangescartpostanc.jpg

Historique
C
onstruit par Jean Cathus - dont la famille était originaire de la Garnache - à son retour des guerres d'Italie.

Ce château appartint à la famille de Vaugiraud de Rosnay (1776-1828), puis à la famille Audé (parents des Landais). Restauré en partie par M. Léon Audé, il fut acheté en 1876 par le Comte Gabriel de Las Cases qui en fit achever la construction en 1878. Il appartient aujourd'hui,  par héritage des Las Cases, à la famille des  la Rochethulon.


Bourgenaycarteancsthialirequerrypige.jpg

La renaissance de BOURGENAY au 19ème siècle

  • Elle est due au Comte de Beaumont et à sa famille qui en étaient devenus possesseurs. La reconstruction d'une partie du sanctuaire (au-dessus de la crypte retrouvée au milieu des décombres), commença en 1872 et fut marquée, par la reprise du pèlerinage le 8 septembre 1874, en présence de Monseigneur Collet, évêque de Luçon. Le pèlerinage du 8 septembre n'a jamais cessé depuis cette date. En 1891, fut construit le château attenant à la chapelle ; en 1892, la statue de Marie "Immaculée Conception" fut installée sur le clocher. Enfin, en 1896, la chapelle fut agrandie pour atteindre sa dimension actuelle.
  •  Le BOURGENAY récent et les Soeurs des Sacrés-Coeurs de Jésus et de Marie (dites "Soeurs de Mormaison ")
  • La Congrégation des Soeurs de Mormaison a été fondée aux Brouzils, petite commune du bocage vendéen, par le curé de la paroisse, Pierre Monnereau, pour l'éducation des enfants et des jeunes après la tourmente des guerres de Vendée. Les religieuses sont présentes aujourd'hui en France, au Canada, à Madagascar, en République Dominicaine, au Congo.
  • A la demande de la famille de Beaumont, une communauté s'implante à Bourgenay en 1911 pour y ouvrir une première école "Sainte Mélanie", puis une école de garçons en 1927. Entre temps, Mademoiselle de Beaumont (+1928), avait légué à la Congrégation, en 1926, les biens qu'elle possédait à Bourgenay, en particulier le sanctuaire, le "château" attenant, ainsi que plusieurs constructions voisines qui sont aujourd'hui :
  • l'école catholique (près du camping)
  • une Maison Familiale qui, dans un système de formation par alternance, forme des jeunes dans les professions du bois.
  • une maison de repos pour religieuses.
  • Depuis 1923, un prêtre "chapelain" réside à Bourgenay. Il fait partie de l'équipe de prêtres de Talmont St Hilaire qui ont la responsabilité pastorale de Bourgenay et, entre autres, du pèlerinage annuel.
  • BOURGENAY se transforme radicalement dans les années 1980 : construction du port et d'un village de vacances, lac creusé dans les anciens marais.
mardi23 129.JPG
mardi23 125.JPG
mardi23 126.JPG

Maintenant, c'est une école privée religieuse.
-:-
Bonne lecture et à demain.
fleurs fond blog.jpg

 

 

     
    Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique